Emeute

Emeute

Il s’arrête, hoquetant, s’appuie contre le tronc d’un platane.

– Cavaler dans cette fumée, quelle connerie ! Tu crois que c’est comme ça, la guerre ? Les plus rapides qui courent devant et les clampins qui suivent sans rien voir, sans rien comprendre.

– Parle à ceux qui en sont revenus.

– Rien à en tirer ! Traumatisés, amnésiques. Si un vantard enlève sa chemise, il te montre la cicatrice d’une balle perdue, tirée par on ne sait qui… Paraît que plus de vingt pour cent des tués dans une bataille le sont par les soldats de leur camp. Pas étonnant avec cette fumée !

– Cours, ils arrivent !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s